IPSO FACTO


Bureaux


L’immeuble est composé d’une bande centrale d’une profondeur de 18 mètres à R+5, (sauf à R+3 côté rue de la Vanne) ci-après dénommé « Corps », se raccordant sur les pignons existants de l’ensemble immobilier de bureaux voisin au Nord, présentant 5 ramifications en peigne à R+2, ci-après dénommées « Dents », du côté des immeubles de logements au Sud.

Entre les « Dents », des jardins, sous formes de patios ouverts, véritables lieux de convivialité, sont créés. Les toitures terrasses seront en partie accessibles et végétalisées.

Le programme environnemental ambitieux du maître d’ouvrage conduit à intégrer dès la conception des façades les problématiques énergétiques et environnementales.

Ces questions pour un bâtiment tertiaire concernent principalement l’énergie consacrée à l’éclairage artificiel et au rafraichissement. Pour autant, ces paramètres, ne peuvent constituer à eux seuls l’identité d’un bâtiment. Celle-ci repose ici sur la lecture de strates superposées, qui expriment autant de sols habitables. Chaque plancher se révèle ainsi par sa tranche.

La richesse du volume est expliquée dans sa constitution, puisque c’est la variation de la géométrie du plan qui définit les articulations volumétriques.

Chaque niveau se propose comme libre de mouvement par rapport aux autres et c’est dans ces variations que naissent, terrasses, patio, loggias en double hauteur etc.

Les allèges seront constituées d’un revêtement d’aluminium constitué de profilés d’aluminium extrudés espacés de manière aléatoire. Cette vêture nervurée offre une finition de grande qualité sensible aux variations de la lumière. Le matériau constitutif de la façade est principalement un aluminium thermo laqué, dans un camaïeu de teintes beige (composé, à titre indicatif, d’éléments en RAL 1013, 1001 et 1014), visant à donner aux façades un aspect champagne.

Conçu suivant les dernières normes environnementales, la réalisation de cet édifice nous tient particulièrement à cœur, car elle se veut exemplaire à plus d’un titre. Le bâtiment s’insère dans le quartier, en articulant les échelles déjà présentes. Au Nord, un gabarit de bureaux en R+5, au Sud un gabarit plus domestique en R+2. Il s’agit donc d’une architecture résolument contemporaine et respectueuse du lieu dans laquelle elle prend place.

La transformation urbaine en jeu au travers de cette opération nous renvoie à l’importance de l’architecture dans la ville, au quotidien.