Palais de Justice de Caen

  • Palais de Justice de Caen | Brenac & Gonzalez et Associés
  • Palais de Justice de Caen | Brenac & Gonzalez et Associés
  • Palais de Justice de Caen | Brenac & Gonzalez et Associés
  • Palais de Justice de Caen | Brenac & Gonzalez et Associés
  • Palais de Justice de Caen | Brenac & Gonzalez et Associés

Palais de Justice de Caen


Equipements

Projet 2011
Programme 5250 m²
Client

Emblématique et hiératique, le futur palais de justice marque et se démarque dans une logique d’urbanité entrante et de flux naturel entre la salle des pas perdus et un site ouvert.

Conçu comme un édifice ordonné, lisible et symbolique, il complète le dialogue urbain déjà mis en place et offre des espaces de travail agréables, rationnels et conviviaux.

Ce parallélépipède est habillé de brise-soleil verticaux en verre translucide ou semi-réfléchissant  qui permettent, suivant leur orientation, en fonction des saisons et de l’ensoleillement de se protéger ou de faire pénétrer généreusement la lumière du soleil dans tout le bâtiment pour le bien-être des utilisateurs – tout en leur assurant une certaine confidentialité. La modularité de ces éléments génère une dynamique cinétique qui varie en fonction de la position de ces éléments et cadre les vues.

L’implantation du futur Palais de Justice bénéficie d’une situation très privilégiée dans une des presqu’îles portuaires de Caen en bordure du canal qui relie la ville à la mer et à proximité d’une large pelouse. Un parvis dirige le public vers les emmarchements monumentaux qui mettent en scène la volumétrie imposante de ce futur Palais de Justice. Une avancée en porte-à-faux plantée de chênes, symboles de la justice, contribue à la constitution d’un nouvel ordre urbain. Le palais de justice renforce ainsi sa visibilité et constitue un bâtiment remarquable. Il signale et marque une véritable entrée de ville depuis la voie navigable qu’empruntent les bateaux amarrés dans le port du bassin St. Pierre.
La hiérarchie entre les espaces « servants ou servis » sous tend la composition des volumes et assied la lisibilité du bâtiment. Un socle en pierre dure agrafée ancre le bâtiment dans son site et accueille parkings, services et locaux techniques. Un corps principal formant une colonnade prend appui sur cette assise de pierre. Mis en scène par cette surélévation, il accueille le volume monumental de la salle des pas perdus qui se déploie en double hauteur et forme une continuité naturelle entre l’urbanité du dehors et une urbanité du dedans.
En attique, un volume « tiroir » au parement abstrait, glisse sur ce corps principal et se prolonge en auvent pour venir, sur deux étages, signaler l’entrée du Palais de Justice. Le volume est extrudé, comme sculpté par la présence de patios et de terrasses aménagées en jardin qui s’agrandissent d’étage en étage et apportent un complément de lumière au coeur de l’édifice en ouvrant de larges perspectives sur l’extérieur.