Collège Amédée Laplace

  • Collège Amédée Laplace | Brenac & Gonzalez et Associés
  • Collège Amédée Laplace | Brenac & Gonzalez et Associés
  • Collège Amédée Laplace | Brenac & Gonzalez et Associés
  • Collège Amédée Laplace | Brenac & Gonzalez et Associés
  • Collège Amédée Laplace | Brenac & Gonzalez et Associés
  • Collège Amédée Laplace | Brenac & Gonzalez et Associés
  • Collège Amédée Laplace | Brenac & Gonzalez et Associés
  • Collège Amédée Laplace | Brenac & Gonzalez et Associés
  • Collège Amédée Laplace | Brenac & Gonzalez et Associés
  • Collège Amédée Laplace | Brenac & Gonzalez et Associés
  • Collège Amédée Laplace | Brenac & Gonzalez et Associés

Collège Amédée Laplace


Scolaire

Un projet c’est tout d’abord un lieu, et notre parcelle bénéficie, à ce titre, d’un site en pleine requalification. Malgré la mutation en cours, il existe cependant une topographie riche, une mémoire urbaine et une géométrie dominante orthogonale sur laquelle nous avons souhaité nous appuyer.

C’est ainsi que nous avons implanté le programme du collège autour d’une figure orthogonale en U, ouverte au nord sur le lointain. L’angle de la rue Casalis et de la rue Laplace, est valorisé par le grand dégagement du parvis et la présence du volume spécifique du Hall.
Cette disposition permet à la fois de cadrer la perspective offerte, par la profondeur de la cour mais aussi de renforcer volumétriquement et symboliquement la monumentalité du carrefour. A la manière d’une urbanité intérieure, cette organisation générale offre aux élèves une lecture facile du fonctionnement de l’établissement, on identifie rapidement les différentes polarités :
Le bâtiment sur la rue Casalis est sans doute le plus « riche » par son assemblage de volumes, il symbolise la présence urbaine du collège.
Dans ce volume sont regroupés outre le hall, la salle polyvalente, le cdi et les salles d’enseignement artistique.
A l’ouest, un bâtiment linéaire sur 3 niveaux abrite les salles de classes; sa longueur est recoupée au centre par un évidemment ce qui permet à la fois d’éclairer naturellement les circulations et de réduire visuellement l’effet de longueur.
A l’Est, reprenant la déclivité naturelle du sol, un volume long et bas regroupe la cuisine, le restaurant et à son extrémité, les logements de fonction.
Enfin, échappant à la figure, le pôle sportif se développe comme une entité autonome vers l’ouest.
La cour de récréation est traitée comme une grande place centrale qui fédère l’ensemble des pôles et des flux extérieurs. Celle-ci se développe en longueur avec une grande zone de jeux et à l’extrémité un jardin qui s’achève par un glacis végétal.
L’image la plus significative est donnée par la vue depuis la rue Casalis, l’équipement se présente comme un assemblage sculptural de volumes aériens qui jouent avec les formes, les textures et les couleurs. La pierre  du socle est striée verticalement  de manière à confondre le calepinage. L’aspect monobloc obtenu, contraste avec l’aspect ondoyant et métallisé de la vêture métallique ; ce parement est mis à distance et agit comme un rideau aux ourlets changeants. Ses plis habillent et protègent du soleil, ils offrent également une légèreté, et constitue un volume aérien. Des ouvertures orientées déchirent le voilage de métal perforé et orientent vers des vues protégées.
A la fois vêtement, parement, voilette et protection solaire, cette maille contribue également à l’identité du collège. Son aspect aérien s’oppose à la minéralité, à la solidité et à l’opacité du socle en pierre de Valls. La terre, l’air, la lumière, la fluidité, la micro-urbanité, l’identité voici exposés les fondements du projet qui s’inscrivent à la fois dans une tradition classique et dans un regard sur l’épiderme architectural plus contemporain.