Maison des Services Latécoère

Maison des Services Latécoère


Equipements

Concours 2016
Livraison 2021
Client
Surface 1953 m²
Cout 5.9 M€ HT
Éco-conception
Paysagiste TNPLUS

Photos Sergio Grazia

La Maison des Services, zen, est située au cœur du campus tertiaire de Latécoère.

La typologie du pavillon de thé a servi d’inspiration à cette conception, en ossature bois. Elle abrite le restaurant d’entreprise, une cafétéria, un centre fitness et un salon VIP.

Hymne à la plasticité du bois mélèze+épicéa, dans une démarche bas carbone, ce projet est frugal, low tech. Application simple de la RT2012, il a été conçu comme un pavillon japonais dans un jardin, en écho au parc avoisinant. Et dans cet esprit, le choix affirmé du bois comme matériau constructif a conduit à prendre en compte, dès le départ, les contraintes inhérentes au bois, sans subterfuge technologique. Chaque élément structurel, technique et fonctionnel à sa place et tout est en bois : poutres poteaux, planchers, solivage, terrasses, couverture, façade, menuiseries, brises soleil.

Sa forme rectangulaire se développe sur trois niveaux, du rez-de-chaussée au deuxième étage. Chaque niveau offre de larges terrasses, avec vues sur le parc, lui-même largement arboré en cœur de parcelle. Le corps du bâtiment est bordé par ces passerelles-terrasses et des escaliers extérieurs qui favorisent la fluidité de la distribution. Au deuxième étage, deux émergences abritent la mezzanine du restaurant et des salons de réception. Les poutres se prolongent de l’intérieur vers l’extérieur, accueillant les terrasses et balcons. De larges baies vitrées apportent une lumière généreuse. Les châssis bois et les éléments brise-soleil fixes représentent un défi technique par leur élancement de plus de trois mètres de haut. Le confort thermique est assuré par la présence de débords des terrasses, au sud et à l’ouest et grâce à un jeu graphique de moucharabieh sur les façades est et nord.

Les rives de planchers sont constituées de métal pour protéger la structure bois des intempéries. Elles continuent de filer sur les limons d’escaliers. Elles induisent un rythme en façade, et incarnent l’expression de la fluidité des lieux. Le graphisme des brises soleil, à la manière des tableaux de Sol Lewitt, décompose le volume bâti, en accrochant toutes les lumières de la journée, suivant leur rythme et leur orientation.