CHAPELLE INTERNATIONAL ILOT E

  • CHAPELLE INTERNATIONAL ILOT E | Brenac & Gonzalez et Associés
  • CHAPELLE INTERNATIONAL ILOT E | Brenac & Gonzalez et Associés

CHAPELLE INTERNATIONAL ILOT E


Logements

Projet 2016
Programme 15 654 m²
Client

La possibilité qu’un lieu contienne en son sein assez d’atouts pour évoluer favorablement sous l’action d’une impulsion nou­velle est une chance unique.

Le secteur Chapelle Internationale a l’opportunité d’envisager une régénération au travers d’un véritable travail de résilience urbaine.

La proposition de l’AUC enclenche un processus de décloison­nement dynamique de cette écorce périphérique parisienne créant des vecteurs d’expansion vers la plaine Saint-Denis et le grand territoire. La matrice proposée intègre une composition pointilliste qui inclut les infrastructures et introduit par la hauteur (tour de 50 m) une nouvelle échelle urbaine de référence, qui dessine la silhouette parisienne du 21ème siècle.

 

La verticalité révèle 2 échelles.

Au registre de la ville basse qui marque l’échelle domestique et celui de la ville haute qui s’adresse au grand territoire, nous avons souhaité introduire un registre intermédiaire qui fait référence du plafond haussmannien. La volumétrie de l’émergence se trouve ain­si décomposée en strates différenciées qui créent des repères justifiés sur les vélums urbains de référence tout en permettant une meilleure articulation avec le socle des SOHO.

La per­manence du projet repose sur une mise en œuvre autour de volumes platoniciens simples lisibles et identifiables depuis l’espace public afin de garantir un ordre majeur porteur d’une certaine monumentalité.

La confrontation entre éléments d’in­frastructure présents sur le site et architecture est capable de générer des « situations » comme le raconte si bien L. Aragon, dans « le paysan de Paris ». La ville est, en effet, souvent constituée de collages et il est bon que les grands tracés à l’échelle d’un territoire s’interrompent parfois, s’adaptent ou soient confrontés à des ruptures, à des « situations particulières » et à des liaisons plus complexes.

Cette recherche d’intensité est porteuse de qualité spatiale et urbaine, elle peut être également un véritable vecteur de richesse typologique.

 

Pour exprimer cette hybridité pro­grammatique, nous avons recherché une écriture architecturale unitaire afin de ne pas fragmenter la composition et ainsi affaiblir la cohérence du projet.

Nous avons donc recherché un langage commun par la mise en place d’une trame structurelle compatible et partagée entre les façades des activités et celles des logements.

L’unité générale est ainsi trouvée par une résille de béton blanc préfabriqué d’une épaisseur de 80cm et d’une hauteur de 7.50m. La trame des poteaux de béton de 5.70m donne un rythme régulier qui assure la liaison entre tous les Sohos présents sur le site. Le béton de l’exosquelette, de teinte claire, parfois lisse, parfois acidé, offre un travail sur la texture, qui joue tantôt sur le mat, tantôt sur le satin du matériau.

 

L’utilisation d’un matériau unique devient ainsi à l’échelle du piéton un repère sensoriel.

Les alvéoles de la trame sont remplies par les panneaux des me­nuiseries aluminium. De larges volets amovibles anodisés assurent l’occultation et la protection solaire ; ils prolongent les effets de matières et de perception.